jeudi 6 avril 2017

Le Grand Débat des 11, Présidentielles 2017

Non les "petits candidats" ne sont pas hors-sol, et Mélenchon sera au second tour.


Quatre heures de débat sur BFM et CNEWS (ex I-Télé) ce mardi 4 avril 2017 avec Ruth Elkyief et Laurence Ferrari : 6,3 millions de téléspectateurs.

La règle des 11 où de l’ensemble des candidats dans un même débat télévisé, offrant à tous les français et plus, les visages de tous les prétendants à la fonction dite suprême, me semble être la chose la plus normale qui soit dans une démocratie qui veut faire honneur à son nom.

Si sa mise en place n’a pas été sans peine, et la chose reste perfectible, ce premier débat à 11 - mené par deux femmes, ce qui n’est pas pour me déplaire - montre bien que ce genre de rencontre est possible, contrairement aux dires.
En revanche, il est regrettable que le temps de parole accordé aux uns et aux autres soit aussi court et que l’égrènement des minutes soit transformé en ritournelle par les journalistes ou que les candidats soient obligés de s’accrocher eux aussi à l’horloge.

Débat ubuesque selon Dominique Reynié, directeur du think-tank Fondapol, qui a trouvé que « les propositions des candidats anti-système étaient hors-sol et ont plombé ce moment de démocratie » (Les Echos).

Hors-sol ?
En quoi est-ce hors-sol de parler du personnel de la santé qui travaille de manière continuelle plus de 39 heures par semaine, de proposer la gratuité des soins de santé ?
Ceux qui n’ont pas les moyens de passer outre, sans parler des sans-dents, connaissent la réalité du sous ou non-remboursement des soins dentaires et optiques.
Une dent mal soignée, c'est un risque d'infection des voies sanguines, d'endocardite (inflammation de l'organe la plus interne du cœur), d'abcès du sinus et du cerveau... 
Donc plus de dépenses pour la santé.

Le désarmement des policiers est-il hors sol ? Au Royaume Uni et en dehors de l'Irlande du Nord, seuls les Authorised Firearms Officers sont armés, car la majorité des policiers eux-mêmes ne souhaitent pas porter d'armes.

La création ou le développement des services publics, est-ce hors sol ? On pourrait parler de la privatisation de ce secteur, de la dématérialisation ou simplification engendrant une certaine fracture numérique en plus de la fracture sociale, de la disparition des agents d’accueil, du service téléphonique administratif devenu payant, des messageries (serveur vocal) robotisées. Et bien d'autres choses encore.

Ces petits candidats ne sont-ils pas plutôt ancrés dans le sol  face à un François Fillon, soupçonné « d’affaires » osant froidement demander à ces mêmes infirmières de faire taire ce qui n’est « qu’idéologie » et de participer encore plus à la réduction de la dette ?
En quoi la petite phrase de Philippe Poutou parlant des « politiciens corrompus qui se reconnaîtront autour des pupitres » plombe-t-il la démocratie ?

Jugé « peu audible sur le fond » par certains médias (médiums) ce débat à 11 fut en revanche un plaisir, plaisir de voir les « petits candidats » mordre les « grands candidats » aux mollets, s’agissant des « affaires », des ouvriers ou des traités européens en particulier.

Philippe Poutou, sorti de sa lenteur habituelle, s’est montré finalement très pugnace et rapide à dégainer.
Ses petites phrases, faisant mouche, feront donc date :
« On voit un Fillon préoccupé par la dette mais il y pense moins quand il se sert dans les casses publiques ».
« Nous, quand on est convoqué par la police, on n’a pas d’immunité ouvrière ».

Toujours vissée à la condition ouvrière, Nathalie Arthaud, offensive, a enfin trouvé, à cette occasion, la Arlette Laguiller qui sommeillait en elle.

Quant à ce grand gaillard aux petits poings de Jean Lassalle, le Député-qui-marche et qui a fait la grève de la faim pour défendre ses idées, à l’accent qui fait étrangement penser à l’Italie, il a étonné par ses saillies : Un mélange de poésie et de gravité à la De Gaulle avec, à chaque début d’intervention, ce solennel « Mes chers compatriotes ».
II est depuis ce débat, selon les dires, en tête des recherches Google avec Jacques Cheminade et Philippe Poutou.

Un Jacques Cheminade qu’on (les medias-mediums) nous présentait toujours comme un « illuminé » et qui faisait ricaner les journalistes de cette même chaîne. Certains allaient jusqu’à dire « tant mieux si le changement de la procédure des parrainages nous permet d’éviter ce genre de candidature ».
Finalement, un très cultivé Jacques Cheminade.
Et, non, il n'est pas le seul à proposer un programme pour Mars. Jean-Luc Mélanchon aussi

François Asselineau, candidat du Flexit comme il se définit lui même et grand connaisseur de la Constitution devant l’Eternel, a révélé certain pot aux roses, en particulier la modification en catimini d’un article mettant en cause la responsabilité pénale du Président de la République en cas de Haute trahison.

Il a raison : En effet, jusqu'en 2007, l’article 68 de la Constitution prévoyait que le chef de l’État devait répondre de l'acte de Haute trahison devant la Haute Cour de Justice.
Aujourd'hui, il est dit dans l’article 68 modifié que, « Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour. »

Toutefois, il bon de noter que le champ d’application du nouvel article 68 - large et...vague comme nous, français, savons le faire - pourrait laisser entendre qu’il inclut également le crime de Haute trahison.

Mon sondage intuitif  du jour ?
  • Mélenchon en 3ème position bientôt. 
  • S'il est 3ème, il pourrait créer la surprise d'être au second tour.
  • Car la côte de Macron pourrait baisser. Les sondages donnent Macron face à Le Pen, mais les français sont-ils vraiment prêts, d’une part,  à voter pour un inconnu il y a encore peu et d’autre part, à voter pour un « si jeune » candidat ? Et si finalement, une fois devant l’urne, ils y glissaient un bulletin Mélenchon pour être à Gauche sachant que Hamon n’est pratiquement plus dans la course car « trop à Gauche » selon ses pairs (ça existe ça, d'être trop de Gauche ?). 
  • Enfin, leur mémoire ne serait pas aussi courte après être descendu en masse dans la rue à cause de la Loi travail. On suppose.
Rappel du jour :

N’oublions d’aller voter les 22 avril et 6 mai 2017 ! Car l'abstention participe au non renouvellement du paysage politique français.

A lire sur le Net :  

Crime de haute trahison 
Dans Le Monde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire